Indie.Host, des outils libres au service de l’association Fée

Membre des CHATONS, créé en 2015, Indie.Host s’est donné pour objectif de répondre aux interrogations sur la manière de faire de l’open source afin de le rendre accessible au plus grand nombre. Le constat initial était que si les mastodontes du web dominent le marché (avec toutes les problématiques que cela suggère en termes de protection des données), c’est aussi parce que le logiciel libre peut sembler difficile d’accès. En mettant en place des services mutualisés et en proposant le single sign on – le fait de pouvoir se connecter à plusieurs services avec le même identifiant – Indiehost a tenté de répondre à cet enjeu et les résultats se font sentir.

Après avoir travaillé sur Nuit Debout en 2016, Indiehost commence effectivement à solidifier son modèle économique en touchant bien évidemment des acteurs de l’ESS (comme la Fondation de France) et des tiers lieux mais également en parvenant à remporter des appels d’offres comme celui d’une administration française qui constitue, aujourd’hui, sa première source de revenus.

Le travail commun pour grandir

Pour augmenter encore la voilure, l’objectif est de se rassembler avec d’autres acteurs du libre afin de mettre en place un projet commun qui permettrait d’augmenter le nombre de personnes y travaillant (2 à l’heure actuelle) et de ce fait de monter en compétences grâce à la complémentarité des personnes alors impliquées. Cette volonté répond à un double défi, technique et de modèle économique. Il s’agit tout à la fois de réussir à industrialiser le déploiement des outils et grâce à ça de progressivement sortir d’une simple relation client-prestataire quand cela est possible pour aller vers des relations de réciprocité. Mettre en place un service professionnel avec un réel support utilisateur participe de cette logique.

L’un des axes centraux de cette volonté d’évolution est assurément la recherche d’un modèle économique permettant de redistribuer la valeur et la richesse aux autres acteurs du libre puisqu’Indiehost arrive en bout de chaîne. Par exemple, dans le cas de la prestation pour l’administration française citée plus haut, Indiehost a contribué à automatiser la traduction des contenus, ce qui a permis à Pâquerettes de disposer aujourd’hui de cette avancée. Sortir de la simple livraison d’un outil pour passer à une logique de service en se fondant sur les besoins des usagers, tel pourrait être le résumé de l’ambition actuelle d’Indiehost. Et pour ce faire, la logique des communs et la démarche collaborative est le meilleur atout.

Indie.Host X Faire Ecole Ensemble

Dans les actions que l’association se propose de mener, la dimension du collectif et des communs est particulièrement prégnante. À ce titre, l’engagement des parrain.e.s et des contributeurs qui nous soutiennent sont l’une des clés de la réussite desdites actions. Parfois négligée, la question des outils informatiques utilisés est très importante tant dans la structuration du collectif que dans l’appui des différents temps proposés. Indiehost nous accompagne depuis le début sur ces questions dans une logique participative et de défense des communs.

Les outils mis en place
Si les débuts du collectif se sont principalement effectués sur une application de messagerie instantanée, très rapidement est apparue la nécessité de mettre en place un outil plus large qui permettrait de rassembler les volontaires. Indiehost a proposé la mise en place d’un rocket chat qui rassemble aujourd’hui [insérer nombre] participants et permet de mutualiser les compétences tout en nourrissant une dynamique de groupe.

En parallèle de ce chat, il a également rapidement été important pour le collectif de disposer d’une plateforme permettant d’héberger les fichiers et, là encore, en utilisant le principe du logiciel libre. En permettant l’utilisation d’un nextcloud, Indiehost a permis à l’association de répondre à cet enjeu important.

Enfin, Indiehost a permis de déployer un outil de prise de notes collaboratif (CODIMP)

Un article de Marwen Belkaid