J’enseigne, je code et je partage – Episode 6

Une série de portraits-entretiens à la rencontre des enseignants-développeurs.

« J’ai décidé de réaliser moi-même ce dont j’avais besoin. »

Familier de l’univers du libre depuis la fin des années 1990, Angelo Lama enseigne les arts plastiques dans un collège de l’académie de Caen. Dans le courant de l’année scolaire 2020/2021, il a créé (sous licence GNU/GPL v3) le logiciel MurExpo, pour mettre en situation les travaux de ses élèves. Conçu pendant le confinement et les contraintes de l’enseignement à distance, il utilise aujourd’hui MurExpo en classe.

Enseignants-développeurs, une série de portraits-entretiens

Vous êtes enseignant en arts plastiques depuis une vingtaine d’années. On pouvait naïvement penser, si l’on redoute l’envahissement de nos vies par l’informatique, que les arts plastiques seraient, dans l’enseignement, l’une des dernières à y échapper. Or vous avez conçu, pour vos cours, un logiciel de création et édition de séquences en arts plastiques, et plus récemment un second logiciel, MurExpo, pour créer un mur d’exposition et y accrocher des œuvres. Qu’est-ce qui anime votre démarche ?

Angelo Lama – L’enseignement des arts plastiques n’a plus rien à voir avec ce que nous avons pu connaître lorsque nous étions nous-même collégiens. Aujourd’hui, on est aussi bien dans la tradition du dessin que dans l’apprentissage du montage vidéo. Pour ma part, je suis ancien étudiant de l’école des Beaux-Arts de Caen, puis j’ai passé le CAPES. J’ai donc un parcours classique Bac+5. Ma curiosité personnelle m’a amené à découvrir Gnu-Linux en 1999, en même temps, j’ai fait partie pendant quelques années de la communauté Blender en France. Blender, c’est un logiciel libre de modélisation 3D, à présent très connu (il a notamment été utilisé pour le film Spiderman 2), conçu par un réalisateur hollandais de courts-métrages, Ton Roosendaal, qui avait un studio à Amsterdam. Ce logiciel a ensuite pu être racheté par une communauté d’utilisateurs (1).

A partir de là, j’ai commencé à m’intéresser à Python et un peu au développement. Je me suis lancé dans le développement d’un logiciel de post-production vidéo et image nommé EKD (de son nom long EnKoDeur-Mixeur). J’ai aussi participé aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre à trois reprises, notamment en 2008 à Mont-de-Marsan. Je ne suis donc pas tout à fait étranger à l’univers du libre…

La création de votre dernier logiciel, MurExpo, est-elle liée à la contrainte du confinement ?

A.L – Oui. Pendant le premier confinement, avec l’enseignement à distance, je me suis demandé comment j’allais présenter le travail de mes élèves. Je me suis d’abord tourné vers un logiciel existant de galerie virtuelle, Artsteps mais j’ai été déçu par rapport à la qualité du rendu. Alors, j’ai décidé de réaliser moi-même un outil qui corresponde à ce dont j’avais besoin. « Do it yourself », en quelque sorte. Pour cela, j’ai conçu MurExpo. J’ai développé un autre logiciel sous licence libre, ArtsPlastocSequenceConceptor, avec lequel j’ai pu construire mes séquences pédagogiques.

Et ce logiciel Murexpo, conçu dans le contexte du confinement et d’un travail à distance, est également utilisable en classe ?

A.L – Bien sûr ! MurExpo est facile d’utilisation et il est donc utilisable par des collégiens avec un ordinateur sous différent système d’exploitation : GNU/Linux, MacOS ou Windows .

Par ailleurs, dans ce que je propose à mes élèves, ils sont amenés à utiliser leur téléphone portable, que ce soit pour photographier leur travail, ou par exemple, comme nous l’avons fait récemment, pour un travail de stop motion : avec un portable, on peut utiliser plein d’applications, des bancs de montage, etc. Comme dans d’autres matières, le travail dématérialisé peut se faire sans aucun problème. Bien sûr, il faut s’assurer que les élèves ne font pas n’importe quoi avec leur portable…

Les élèves ont tous un portable ?

A.L – Je m’organise. Dans les carnets de correspondance, je demande aux parents que leurs enfants aient le droit d’amener un portable à l’école, en expliquant ce que l’on va faire. Je travaille dans un collège de « quartier » avec des familles en difficulté. Mais avec un simple portable usagé sur lequel on installe les applications, ça fonctionne, et les enfants se prennent au jeu.

Cela donne un autre regard sur cet outil, qui est le plus souvent associé aux réseaux sociaux…

A.L – En effet. Mon rôle d’éducateur, c’est de leur dire : « Vous avez un outil essentiel, essayez de l’utiliser correctement ». L’accès à internet est indispensable dans le monde dans lequel on vit, c’est une mine d’or qui permet d’accéder à toutes sortes d’informations, sur notre époque, sur les époques passées, sur l’histoire de l’art…

Par ailleurs, je me sens investi d’une mission par rapport aux logiciels libres, en leur expliquant qu’il existe des outils libres, avec des développeurs qui y passent beaucoup de temps. Dans ma classe, certains élèves « déplombent » des applications, mais je leur dis : « Ça ne sert à rien, ne vous donnez pas cette peine ! Il y a plein d’alternatives…» On n’est plus à l’époque de 3dsmax où il fallait absolument cracker parce qu’il n’y avait rien d’autre.

En outre, peut-on dire que le travail que vous proposez aux élèves, au-delà des outils techniques mis en œuvre, participe d’une éducation au regard, à la prise de vue, au cadrage, etc. ?

A.L – Il a bien sûr de nombreuses notions qui entrent en jeu. En utilisant des applications de présentation virtuelle d’œuvres, ils peuvent se rendre compte que telle œuvre peut s’accorder (ou rentrer en conflit) avec telle autre, ce qui est important au moment d’accrocher des œuvres sur un mur d’exposition. On réfléchit aussi à l’encadrement, comment mettre en valeur une œuvre… MurExpo n’est pas une galerie virtuelle en 3D, c’est simplement un mur d’exposition en 2D sur lequel on peut déposer des images/œuvres, rien de bien compliqué.

Est-ce que cela vous a conduit à renouveler votre pédagogie ?

A.L – Pas fondamentalement. Ce qui a vraiment enrichi ma pédagogie, cela a été de concevoir le logiciel de préparation de séquence, car cela permet de structurer le travail, cela oblige à définir les entrées, les listes d’œuvres, les compétences, les outils…

Vous avez appelé d’autres enseignants en arts plastiques à s’intéresser à la nouvelle version de MurExpo. Avez-vous eu des retours significatifs ?

A.L – Je n’aime pas trop l’univers des réseaux sociaux, mais c’est parfois utile. J’ai posté un message sur Twitter, une collègue IAN arts plastiques d’une autre académie a retweeté et ça a un peu fait boule de neige. Beaucoup de gens sont venus voir, ont donné leur opinion. Cela me permet un suivi, parce qu’à un moment donné il faudra que je repasse au code. J’aimerais que le logiciel rentre dans les petits papiers de l’Éducation nationale, qu’il soit utilisé dans d’autres académies que la mienne.

Il y a notamment la plateforme apps.education.fr [développée au sein de la direction du numérique pour l’éducation pour proposer les outils essentiels du quotidien à l’ensemble des agents de l’Éducation nationale]

Je vais aussi prospecter dans cette voie.

Est-ce que vous développez vos logiciels sous licence libre et si oui pourquoi ?

A.L – Oui toutes les applications que j’ai développées sont sous licence libre (et en particulier en GNU/GPL v3) car je suis fermement attaché à la philosophie du logiciel libre … tout ce que je développe restera libre.

Qu’a représenté pour vous le temps de conception et de développement ? Et souhaiteriez-vous une décharge horaire pour pouvoir continuer à vous y consacrer ?

A.L – Je peux simplement dire que ça a représenté beaucoup d‘heures ! Je serais bien sûr favorable à une décharge horaire, mais davantage encore, à une certaine forme de reconnaissance.

Hors Éducation nationale, cette reconnaissance pourrait aussi venir d’institutions qui se situent dans le champ des arts plastiques, puisque l’éducation fait aussi partie de leurs missions. Là où vous enseignez, y a-t-il-eu des contacts avec le musée des Beaux-Arts, avec le FRAC (Fonds régional d’art contemporain) ?

A.L – Lorsqu’a été diffusé le tweet dont je parlais plus tôt, il y a eu quelques réactions issues du Réseau Canopé.  Mais non, il n’y a pas eu de réaction venant du milieu des arts plastiques. Bien sûr, c’est un logiciel qui pourrait être utilisé par des galeries, par des fonds régionaux d’art contemporain… Ce serait un immense plaisir.

Enfin, comment percevez-vous l’initiative de l’association Fée (Faire école ensemble) de donner visibilité à cette « communauté » d’enseignants-développeurs dont vous faites partie ?

A.L -J’ai un énorme espoir là-dessus, parce que chacun bidouille dans son coin… En mathématiques il y a plein de projets. One Laptop per Child a ainsi donné naissance à de nombreuses initiatives, notamment avec l’usage des tablettes.

Il manque en tout cas la reconnaissance d’une qualité d’enseignant développeur avec une communauté, une association, quelque chose de fort que le ministère de l’Éducation nationale ne puisse plus ignorer. En la matière, de nombreux enseignants ont de l’or entre les mains !

Propos recueillir par Jean-Marc Adolphe et Hervé Baronnet

(1) – Ton Roosendaal avait cofondé NeoGeo, « qui deviendra l’une des plus grandes sociétés d’animation 3D des Pays-Bas dans les années 1990. Cette société a développé dès 1988 la suite d’animation qui deviendra Blender. Ton Roosendaal fonde Not a Number (NaN) en 1998 pour le développer et le vendre, comme un outil professionnel complet. Mais en raison de mauvaises ventes, NaN doit fermer, stoppant le développement du logiciel. En mars 2002, il crée la Blender Foundation, et arrive en juillet de la même année à convaincre les investisseurs de NaN de libérer les sources, en échange de 100 000 euros. Il parvient à collecter la somme en sept semaines, et Blender devient officiellement gratuit et libre (sous licence GNU GPL) le 13 octobre 2002. Source : Wikipedia.

J’enseigne, je code et je partage – Episode 5

Une série de portraits-entretiens à la rencontre des enseignants-développeurs.

« Il fallait pouvoir inciter les élèves à recommencer et à réfléchir. »

Guillaume Berthelot est enseignant de SVT au collège Jean de la Fontaine de Le Mée-sur-Seine (77) a créé le logiciel THYP qui « favorise l’appropriation de la démarche scientifique par les élèves ».

Autres productions : le logiciel Bulle Infinie qui permet d’initier les élèves aux débats et à l’argumentation grâce à un chatbot (“robot de discussion” qui imite les conversations humaines et avec lequel vous interagissez via une interface de chat). Le logiciel Unfake qui permet de jouer à un escape game

Vous faites apparemment partie de cette catégorie d’enseignants qui passe un temps non négligeable, en dehors de vos heures de cours, à développer des outils numériques libres ! Pourquoi faire cela plutôt  que d’aller à la pêche à la ligne ?

GUILLAUME BERTHELOT – Bonne question ! En fait, au départ, j’avais besoin d’un outil pour mieux faire comprendre la science à mes élèves. Un simple Powerpoint interactif, ça ne me plaisait pas. Mais je ne savais pas du tout coder. Alors, je m’y suis mis, et progressivement, c’est devenu un hobby. Je peux y passer en moyenne une dizaine ou une quinzaine d’heures par semaine, cela ne me dérange pas. Et toutes ces compétences acquises me permettent de faire, à mon avis, des meilleurs cours… Avec le confinement, j’ai réutilisé ces compétences pour créer ma propre plateforme d’enseignement à distance. Cela m’a beaucoup servi, et ça m’a permis, je pense, de garder pas mal d’élèves en distanciel. 

Vous avez donc créé les logiciels sur lesquels vous avez travaillé parce que vous ne trouviez pas « sur le marché » quelque chose qui puisse correspondre à votre attente ?

G.B – Absolument. La plupart des logiciels qui sont proposés en sciences ne permettent en général de faire qu’une seule expérience. Or, il y a quelque chose qui est difficile à faire comprendre aux élèves, c’est la variabilité du vivant, le fait que tous les êtres vivants sont différents. Ainsi, si je fais germer des véritables graines, on va s’apercevoir que certaines n’ont pas germé, peut-être parce qu’on les a mal hydratées ou qu’elles sont déjà mortes… Ces graines qui ne germent pas malgré des conditions idéales, ça n’existait pas dans les logiciels qui étaient à la disposition des élèves. J’ai alors voulu programmer quelque chose qui puisse intégrer cette variabilité du vivant. Des expériences peuvent rater. Il fallait pouvoir inciter les élèves à recommencer et à réfléchir, pas seulement à cliquer sur deux ou trois boutons. 

Au départ, vous avez donc créé ces logiciels pour vos propres élèves. Par la suite, avez-vous eu des échos, des retours, en dehors de l’établissement où vous enseignez ?  

G.B – En faisant partie du GREID (Groupes de Réflexion et d’Expérimentation Informatique Disciplinaires) SVT, un groupe qui publie des expérimentations pédagogiques sur les sites académiques, j’ai effectivement eu pas mal de retours. On m’a demandé un article pour le site de l’académie de Créteil, mais je n’ai pas eu de retour. Par la suite, quelqu’un l’a publié sur Facebook, et là ça a explosé ! Un autre article sur le site cafepedagogique.net a eu un bel impact aussi. Ca a permis par exemple à l’Université de Liège de découvrir le logiciel et de le présenter aux futurs profs de sciences ; j’ai pu échanger avec la responsable des enseignants du secondaire.

Vous dites que ce logiciel THYP « favorise l’appropriation de la démarche scientifique par les élèves », en l’occurrence des collégiens. Pouvez-vous donner quelques exemples ?

G.B – Cela pourrait être utilisé en lycée, mais en effet, c’est surtout adapté au collège. Face au logiciel, il y a tellement de possibilités que cela engage les élèves à élaborer eux même une stratégie de résolution des problèmes. Pour revenir sur cette expérience de germination, qui est l’une des premières activités que je propose en 6ème, je demande tout simplement : « Est-ce que les graines ont besoin d’eau pour germer » ? Sur les 25 élèves qui vont faire l’expérience dans ma classe, il y en a toujours 3 ou 4 dont la graine ne va pas germer. Les élèves doivent comprendre qu’en sciences, il faut répéter et reproduire les expériences. Les élèves doivent aussi penser à faire une expérience contrôle. Ensuite, je veux qu’ils mutualisent les résultats obtenus pour ne pas arriver à de fausses conclusions. J’utilise alors d’autres outils libres et collaboratifs, par exemple Framacalc, qui permet aux élèves de rentrer tous les résultats dans un tableau collaboratif, à l’issue de quoi ils dégagent une conclusion à partir de l’ensemble des résultats et pas seulement à partir d’une ou deux expériences.

Il s’agit donc en même temps de les former à une démarche collaborative. On peut imaginer que c’est  extrêmement nourrissant pour eux ?

G.B – En tout cas, ils apprécient énormément. A d’autres moments, ils peuvent travailler sur la croissance des végétaux. Selon qu’ils mettent de l’engrais ou pas, les plantes vont toutes avoir des tailles différentes, ça ramène à un calcul de moyenne, à de la réflexion : est-ce qu’on tient compte des plantes mortes pour le calcul de la moyenne ? On est pratiquement dans la même situation que des scientifiques, en tout cas, on s’en rapproche bien plus qu’avec certains logiciels ou les manuels scolaires qui proposent de « beaux » résultats, sans qu’il y ait de réflexion derrière.

Concrètement, dans vos propres classes et dans votre établissement, de quel équipement informatique disposez-vous ? 

G.B – Je suis référent numérique, avec un collègue : on a fait le nécessaire, et nous sommes école pilote . On est donc fort bien équipés, avec cinq chariots mobiles de 16 PC et deux salles informatiques qui disposent chacune de 24 PC. Les élèves utilisent donc l’informatique quasiment à chaque séance.

Est-ce que ces ordinateurs sont arrivés clé en main ou est-ce que vous avez eu à les passer sous logiciel libre ?

G.B – Ça dépend jusqu’à quand on remonte (rires). Depuis trois ans, c’est repris intégralement par le département, je ne gère quasiment plus rien et on a des ordinateurs qui fonctionnent parfaitement. Avant cela, j’avais récupéré ici et là de vieux ordinateurs, peu puissants, que j’ai passé sous distribution Linux en Lubuntu. Cela nous a permis d’ouvrir une seconde salle de PC. Et pour moi, ça a été le début de l’informatique !  

Au début, vous n’étiez pas du tout programmeur. C’est venu assez facilement ou avez- vous eu besoin d’une formation ?

G.B – Je ne me considère pas trop comme un programmeur, j’ai juste appris un langage de programmation particulier via un logiciel qui s’appelle Twine et j’ai appris à coder uniquement sur cette plateforme-là. Twinery.org est un mélange d’html, de css et de javascript simplifié, ensuite ça me sort un fichier que je n’ai plus qu’à déposer sur un site Internet et ça fonctionne. Si on me demande de faire du Javascript, du PHP ou du Python, j’en suis incapable ! J’aime bien élaborer ma propre recette, rechercher sur des forums, copier un bout de code…  Disons que je suis un programmeur néophyte.

Petite question saugrenue : parmi vos collègues au collège Jean de La Fontaine, quelles ont été les réactions ?

G.B – Mon collègue de physique utilise maintenant les mêmes logiciels que moi, je lui ai donné tout le code source puisque pour moi le code doit rester libre. Il l’a utilisé pour faire ses propres plateformes d’enseignement à distance. En revanche, il y a d’autres professeurs qui trouvent ça vraiment très bien, mais qui craignent que ça leur prenne trop de temps, et puis il y en d’autres pour qui ça leur est complètement égal. Donc, toutes sortes de réactions. En revanche, lorsque je donne des formations avec deux collègues pour l’enseignement de l’esprit critique et l’utilisation des données, on a repris la plateforme d’enseignement à distance que j’ai créée, parce qu’on n’avait pas accès à Moodle au départ. C’est assez drôle, parce qu’on veut juste parler de données mais à chaque fois les professeurs nous questionnent sur cette plateforme d’enseignement qu’ils trouvent claire et efficace. 

L’un des objectifs de Faire école ensemble est d’arriver à stimuler cette communauté d’enseignants développeurs. Certains, comme vous, sont déjà en contact avec d’autres collègues, d’autres travaillent dans leur coin. Que peut vous évoquer cette idée d’une communauté d’enseignants développeurs, et dans quelle mesure pourriez-vous avoir envie d’y contribuer ?

G.B – J’ai l’impression que les autres enseignants-développeurs pourraient davantage m’apporter que ce que moi, je pourrais leur apporter. Parfois, je suis limité dans mes programmations, peut-être pourrais-je gagner du temps en étant associé à des personnes ressources… Mais surtout je trouve qu’il y a un manque de considération de l’Éducation Nationale. Ainsi, j’ai dû me débrouiller moi-même pour héberger tous mes logiciels alors que THYP figure dans la liste des logiciels recommandés pour préparer le CAPES ou l’agrégation interne de SVT. Un collègue de SVT dans l’académie de Nice, Philippe Cosentino, fait des logiciels de programmation extraordinaires, et il fait tout en libre. Il m’a complètement convaincu de l’importance de laisser les logiciels en libre, notamment pour les pays étrangers, pour pouvoir traduire, les adapter, etc. Il a pu bénéficier d’une cagnotte sur Facebook pour payer son propre serveur et permettre à de nombreux professeurs d’utiliser ses logiciels indispensables 

Vous dites que vous consacrez à ces logiciels jusqu’à dix ou douze heures hebdomadaires, ce qui est énorme, sans aucune décharge horaire ?

G.B – Je relativise. C’est devenu un hobby, et comme je suis agrégé, j’enseigne un peu moins d’heures que mes collègues certifiés. Mais par ailleurs, il y a un logiciel qui va sortir sur le stress pour le programme de SVT au lycée, qui a obtenu plus de 60 000 euros de subvention pour faire, si j’ai bien compris, quelques expériences en réalité augmentée sur le stress des souris. Est-ce qu’il y a besoin d’une réalité augmentée, est-ce qu’il y a besoin de 60.000 euros ? 60.000 euros, c’est beaucoup plus que mon salaire annuel ! Ça pourrait permettre de décharger plusieurs professeurs pour coder des logiciels ou pour héberger des productions afin de répondre aux besoins du terrain. Et des logiciels produits par des boîtes privées, il y en a beaucoup, et certains sont parfois excellents, mais je trouve que ce n’est jamais totalement adapté. En ce moment tout le monde est passionné par Genially : une plateforme de création de contenu intuitive et esthétique. Mais il y’a des problèmes inhérents au logiciel privé et propriétaire. Par exemple, une mise à jour récente de Genially a rendu incompatible de nombreux addons créés par un collègue. Heureusement que ce collègue a pu les mettre à jour sinon tout son travail n’était plus compatible du jour au lendemain. On a le même problème avec le format flash qui a été très prisé par des collègues de SVT pour créer des ressources dans les années 2000 et qui est maintenant obsolète.

Vos logiciels sont très intéressants, mais ils ne sont pas cantonnés au domaine des SVT. Avec le logiciel « Bulle infinie », par exemple, qu’est-ce qui a déclenché cette idée ?

G.B – J’ai un collègue de physique chimie extraordinaire, on échange beaucoup, notamment sur l’épistémologie des sciences.  Alors qu’on échangeait sur une vidéo de la chaîne Youtube «Monsieur Phi», on a découvert  une histoire interactive avec du son où nous devions faire des choix philosophiques. Mon collègue et moi, on a tout de suite perçu le potentiel de ce genre d’expérience interactive. On s’est approprié le principe et on l’a adapté pour aborder l’argumentation et l’esprit critique. Quand on a sorti l’article sur le site GREID SVT de l’académie de Créteil et sur les réseaux, beaucoup de personnes nous ont contactés… On a transmis le code à quelques personnes, mais j’avoue que je n’ai pas encore vu de production. J’ai donné aussi le code pour mes escape games, mais au final, coder et s’approprier ma façon de coder est complexe… ça demande beaucoup d’investissement et ça limite donc les réappropriations. Tout ce que j’ai codé ne sera, très probablement, jamais repris par d’autres personnes.

Propos recueillir par Jean-Marc Adolphe et Hervé Baronnet

J’enseigne, je code et je partage – Episode 4

Une série de portraits-entretiens à la rencontre des enseignants-développeurs.

« L’originalité du logiciel libre, c’est sa licence et la philosophie qui le sous-tend. »

Arnaud Champollion a toujours enseigné à l’école élémentaire. Il sera ERUN (Enseignant Référent aux Usages du Numérique, détaché de classe) dans la circonscription de Digne-les-Bains à compter de la rentrée scolaire 2021. Membre de l’APRIL , il anime le Groupe d’Utilisateurs Linux Local à Digne (Association Linux Alpes), ainsi qu’un groupe de contributeurs à OpenStreetMap. Il a créé http://ecole.edulibre.org/presentation avec Cyrille Largillier, un site de partage où toutes les ressources sont et seront sous licences libres.

Vous nourrissez depuis longtemps un intérêt pour les biens communs numériques et notamment pour les logiciels libres. Comment avez-vous fait la jonction entre cet intérêt et votre métier d’enseignant ?

ARNAUD CHAMPOLLION : Tout simplement parce que l’éducation de futurs citoyens fait partie du rôle de l’enseignant. Nous avons un rôle de prescripteur vis à vis des élèves, tout ce qu’on leur met entre les mains va en partie forger leurs futures habitudes de consommation. Or, le choix des outils que l’on peut utiliser en classe n’est pas seulement un choix technique, c’est aussi un choix éthique qui nous engage sur la formation du citoyen. Voilà pourquoi il me semble que l’école devrait favoriser l’usage de logiciels libres. D’autre part, pour les élèves, cela leur permet de pouvoir travailler à la maison avec des outils qu’ils peuvent installer sans les problèmes de licence qu’ils pourraient rencontrer avec des logiciels propriétaires. Mais là encore, il ne s’agit pas seulement de pouvoir ou non installer des logiciels. Cela permet de les initier à la création de communs numériques et d’élaborer un savoir commun, y compris pour de jeunes enfants, en participant par exemple à Wikimini (Wikimini est une encyclopédie en ligne destinée aux enfants, accessible librement sur Internet. Elle a la particularité d’être écrite par des enfants et des adolescents – NDR).

Justement, vous enseignez dans une classe de primaire. Pensez-vous qu’à cet âge, les enfants ont déjà conscience de cette dimension éthique que vous défendez ?

A.C : Oui, parce que je prends le temps de leur expliquer et de leur présenter les outils sur lesquels nous travaillons. Et lorsqu’on travaille sur des communs numériques (par exemple ce que nous faisons avec OpenStreetMap), je les sensibilise au fait que leur travail pourra ensuite être utilisé par une autre classe.

De quelle façon l’école où vous exercez est-elle équipée en matériel informatique ?

A.C : Pour les écoles primaires, ce sont les communes qui sont responsables du matériel. C’est donc la ville qui décide et achète le matériel informatique qui va être mis à disposition des classes. Il arrive que les enseignants puissent avoir leur mot à dire, mais c’est assez rare.

A.C : Dans les écoles de la ville où j’enseigne, les seuls ordinateurs à disposition sont un portable de direction et, dans chaque classe, un poste fixe relié au vidéoprojecteur. Ils fonctionnent tous avec le système Windows. En ce qui concerne le matériel destiné à être manipulé par les élèves, pas d’ordinateurs, à la place 12 Ipad (tablettes Apple). Dans ma propre classe, j’ai deux ordinateurs portables de récupération sur lesquels j’ai installé PrimTux, une distribution Linux spécialisée pour l’école primaire en France, mais c’est une initiative personnelle.

Globalement, quelle perception ont vos collègues de ces outils ?

A.C : Ce n’est pas quelque chose de familier. Il peut y avoir chez les instituteurs un certain recul par rapport au numérique, qui est lié à une méfiance au demeurant justifiée vis-à-vis du « tout-numérique ».  De plus, il y a la crainte, là aussi justifiée, que les enfants soient tout le temps devant des écrans. Enfin, de façon générale, l’informatique reste perçue comme quelque chose de compliqué, et il faut bien avouer que l’équipement dans les écoles primaires n’est pas fameux, on fonctionne avec du matériel qui est souvent obsolète, qui ne marche pas toujours bien. Ça représente donc une difficulté pour les enseignants.

Et en ce qui concerne le libre, comment expliquez-vous que se soit installé l’idée que c’est extrêmement compliqué, en comparaison d’outils propriétaires que l’on reçoit clés en mains ?

A.C : Il y a en effet une part de fantasme. Je suis honnête avec mes collègues, je les préviens que commencer à travailler sous Linux, à se passer de Gmail et utiliser Nextcloud (logiciel libre de site d’hébergement de fichiers et plateforme de collaboration), etc., va être un peu compliqué au début. Si on est habitué à ne consommer que des plats surgelés et qu’on décide un jour de préparer ses propres repas, on va mieux manger, mais il faut accepter de faire son marché, de choisir ses aliments, d’éplucher les légumes, et de les faire cuire ; forcément, ça prend un peu plus de temps. Donc, j’aime bien expliquer qu’il y a un petit coût d’entrée, encore que certains logiciels soient très faciles à utiliser… Utiliser Linux au lieu de Windows préinstallé, ce n’est pas difficile, mais il faut l’installer soi-même. Si on a été habitué à utiliser Word pendant 10 ans, il faut un petit temps d’adaptation pour s’habituer à la suite LibreOffice, mais ce n’est pas compliqué. Il s’agit juste de changer ses habitudes, ça demande un petit apprentissage mais ensuite on apprend à dominer la machine plutôt qu’à se laisser dominer.

Pour reprendre ce que vous disiez au début de cet entretien, c’est aussi une question de démarche citoyenne.

A.C : La vertu d’un logiciel libre, c’est avant tout d’être… un logiciel libre. On s’est aperçu voici peu que même Linux n’était pas à l’abri de certains virus ; un logiciel libre n’est pas forcément un plus en termes de fonctionnalités… et puis on pourrait se dire qu’on va adopter un logiciel libre en fonction de sa gratuité, mais aujourd’hui, la plupart des services propriétaires sur internet sont aussi gratuits. L’originalité du logiciel libre, c’est sa licence et la philosophie qui le sous-tend.

A Digne, là où vous résidez, vous animez d’ailleurs une communauté Linux.

A.C : Linux Alpes est effectivement un groupe d’utilisateurs Linux comme il en existe un peu partout en France. Nous sommes présents sur deux départements, les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute-Provence, qui sont essentiellement ruraux.  En général, on tient une réunion mensuelle, et on participe chaque année à une manifestation nationale initiée par l’April (Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre , devenue « April – Promouvoir et défendre le logiciel libre »). A cause des restrictions de déplacements, je dois avouer qu’on n’a pas fait beaucoup de réunions ces derniers mois…  

Pour revenir au champ éducatif, vous avez co-créé le site ecole.edulibre.org. Quelle était l’intention initiale ?

A.C : C’est une initiative déjà ancienne, menée avec Cyrille Largillier.  Il s’agissait de créer un dépôt de ressources éducatives libres sur internet. Mine de rien, les enseignants sont assez partageurs ; on trouve sur internet beaucoup de fiches, de plans de travail, d’exercices, etc.  L’idée était de constituer un portail d’échange de contenus pédagogiques sous licence libre. On a beaucoup alimenté le site au début, mais on n’a pas réussi à générer assez de trafic autour de cette initiative pour enrôler d’autres enseignants et qu’on ne soit pas les seuls à poster… 

Ce type d’initiative, et l’utilisation que vous faites en classe du numérique libre, font-ils l’objet d’une évaluation particulière de votre hiérarchie au sein de l’Éducation nationale ?

A.C : De la part de ma hiérarchie, je suis perçu comme quelqu’un qui a des compétences avancées en numérique et qui les utilise avec ses élèves, mais on reste dans l’aspect pragmatique de ce qui fonctionne. Mon engagement pour le logiciel libre, c’est quelque chose que je distille à petites doses, ce n’est pas quelque chose qui les « chatouille » beaucoup. En fait, je pense que l’Éducation nationale n’est pas vraiment au courant du libre ! Mais le positionnement que l’on peut avoir en faveur des logiciels libres peut s’appuyer sur le fameux RGPD (Règlement général sur la protection des données, Règlement du Parlement européen et du Conseil relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, dont les dispositions s’appliquent dans l’ensemble des 27 États membres de l’Union européenne à compter du 25 mai 2018. NDLR).

Vous avez co-créé et animé ce site, vous participez à la liste de discussion du groupe de travail Éducation et logiciels libres de l’April… Comment percevez-vous l’initiative de Faire école ensemble qui vise notamment à donner une plus grande visibilité à la petite communauté d’enseignants-développeurs ? 

A.C : C’est très bien. Depuis que j’ai commencé à m’intéresser à ces questions, je vois tourner d’autres noms. Déjà, c’est bien de réaliser qu’on n’est pas tout seul dans notre coin à essayer des choses…

Là, on a surtout parlé du site école.edulibre, mais actuellement, je m’investis sur autre chose. Avec l’association Linux Alpes, on développe un projet qui s’intitule CALIEC (Cartes en liberté à l’école). C’est parti d’une idée toute simple : enseignant en CP-CE1,  je peux avoir des besoins qui ne concernent que la tranche d’âge de mes élèves… Parmi les activités sportives que j’organise, je fais beaucoup de courses d’orientation : les enfants ont la carte d’un endroit à visiter, il y a à la fois la course et l’orientation, la notion d’endurance et la recherche de balises, un peu comme dans une chasse au trésor.  Avec des adultes, une course d’orientation peut se dérouler sur des distances qui vont de 10 à 30 kilomètres, il faut chercher des balises cachées dans la forêt, et on peut travailler avec des cartes IGN. Avec des enfants de 5 à 7 ans, la zone de travail n’excède pas 300 mètres, d’abord parce qu’ils n’ont pas une endurance d’adultes, et puis on est responsable de leur sécurité : pas question de les lâcher en forêt ! Avec eux, la course d’orientation va pouvoir se dérouler dans un parc proche de l’école, sauf qu’il n’existe pas de carte pertinente à cette échelle. Alors, j’ai eu l’idée d’utiliser OpenStreetMap (OpenStreetMap est un projet collaboratif de cartographie en ligne qui vise à constituer une base de données géographiques libre du monde (permettant par exemple de créer des cartes sous licence libre), en utilisant le système GPS et d’autres données libres – NDLR), on peut faire du micro-mapping, marquer l’emplacement des barrières,  les intersections de chemins, les lampadaires, les tables de pique-nique, les aires de jeux, etc.  De plus, j’ai envie de faire des cartes personnalisées, notamment avec des choix de pictogrammes en travaillant sur des feuilles de style. J’utilise pour cela un logiciel libre, QGis, qui est un peu compliqué à prendre en main. Mais l’idée, si je crée une symbologie avec cet outil, c’est de pouvoir la transposer à une autre école sans avoir à refaire tout le travail, avec un script qui télécharge les données correspondant aux feuilles de style. Avec le projet CALIEC, nous sommes en train d’écrire un script en langage Python, ce qui fera gagner du temps et rendra cette application accessible à des collègues pas forcément férus d’informatique. Et si une dizaine d’écoles de la même circonscription voulaient travailler ensemble, on pourrait aisément mener des projets communs.

Et puis, en incitant mes élèves à la cartographie de leur quartier, on s’est beaucoup promené, ce qui en soi, est une forme d’éducation physique, mais on a aussi été amené à développer le sens de l’observation, et à poser ultérieurement des questions fort intéressantes : quel est le sens d’un panneau de randonnée, quels sont les espaces réservés aux enfants, y a-t-il des accès pour personnes handicapées, etc. J’ai moi-même porté un regard nouveau sur le monde qui m’entoure, à proximité immédiate de l’école !

Propos recueillir par Jean-Marc Adolphe et Hervé Baronnet